Les intéractions chiens-chasseurs dans les traités cynégétiques castillans, XIIIe-XVIe siècle

Patrimonio Nacional. Ms. II-2105 de la Real Biblioteca del Palacio, fol. 15v. Source : Real Biblioteca Digital (https://rbdigital.realbiblioteca.es/s/realbiblioteca/item/11448#?xywh=-377%2C382%2C2053%2C1139)

Marthe Czerbakoff (Laboratoire AMERIBER – Université Bordeaux Montaigne, EHEHI – Casa de Velázquez)

Dans son sens le plus strict, la vénerie désigne une technique de chasse consistant à traquer, poursuivre et abattre un animal sauvage de grande envergure à l’aide de meutes de chiens courants. Cette pratique très prisée de l’élite médiévale fait l’objet de textes techniques et didactiques appelés traités cynégétiques qui circulent dans les langues vernaculaires à partir du XIIIe siècle. Sur la péninsule Ibérique, le Libro de los animales que cazan, la traduction castillane du Kitāb al-Mutawakkilī compilé au IXe siècle sous le califat abbaside, marque en 1250 le point de départ de la tradition médiévale hispanique qui s’étend jusqu’au XVIe siècle.

La littérature cynégétique renferme des connaissances techniques et naturalistes relatives aux animaux chassés, à leur morphologie et leurs comportements, aux territoires dans lesquels ils vivent, ainsi qu’aux chiens qu’il est nécessaire de dresser, soigner, entretenir et préparer en vue d’en faire d’efficaces auxiliaires de chasse. Ce savoir est, d’une part, irrigué par une tradition livresque héritée de l’Antiquité et enrichie par la tradition arabe et, d’autre part, nourri de la pratique des chasseurs médiévaux. La vénerie instaure en effet un contact prolongé entre les hommes et les animaux qui favorise l’acquisition de connaissances zoologiques fondées sur l’interaction, l’empirisme et l’observation. Cette expérience de l’animal transparaît de façon plus ou moins explicite dans le discours dont ces traités sont porteurs. Le propos de notre présentation était précisément de montrer, à travers le cas paradigmatique du chien étudié dans les premiers traités de vénerie castillans, comment l’analyse textuelle révèle un savoir déterminé par l’interaction homme-animal et empreint de subjectivité.

Notre communication s’est centrée, en première instance, sur le rapport entre le chasseur et le canidé à partir de l’étude de la communication interspécifique dont témoignent les traités. L’examen des descriptions d’aboiement nous a d’abord permis d’observer la précision des connaissances des chasseurs capables de distinguer et de reconnaître les différents types de cris émis par leurs auxiliaires. Le rythme et la tonalité des voix sont décrits à l’aide de nombreux adjectifs, de locutions adverbiales et de comparaisons, notamment avec le langage des hommes, qui attestent la grande attention portée aux comportements des animaux. L’identification des variations vocales permet aux chasseurs de sémantiser les aboiements des chiens. Ils pallient, de cette façon, ce que certains auteurs définissent comme le « mutisme » des animaux ou leur absence de logos. Ces nuances sont, d’autre part, expliquées par le ressenti et les émotions prêtées au canidé qui représentent un levier manié par les veneurs pour infléchir le comportement de l’auxiliaire cynégétique au long du dressage et durant la chasse.

Le deuxième axe de notre présentation a porté sur la prise en compte de la subjectivité du chien de la part des chasseurs. Le recensement systématique du lexique des affects permet d’observer la place importante accordée aux émotions de l’animal et la correspondance avec celles attribuées aux chasseurs. Le recours répété aux figures analogiques témoigne, en outre, de la tentative des auteurs d’expliquer la perception canine à l’aune de celle des humains. De l’expérience de l’animal, qui est aussi celle de l’altérité, émergent les discontinuités et la volonté des veneurs de les dépasser pour mieux comprendre et tirer profit de leur auxiliaire. L’étude révèle ainsi le « décentrement » (Baptiste Morizot, 2017) pratiqué par les chasseurs médiévaux dont la propre perception se trouve alors modifiée par le contact avec l’animal.

Enfin, notre travail a mis en évidence la relation affective née des interactions entre l’homme et le canidé dans le cadre de la chasse. Les portraits de chiens et les récits de chasse présents dans certains traités montrent des animaux anthropomorphisés que les auteurs cherchent à faire passer à la postérité. Ces chiens sont singularisés au moyen de noms propres, de la description précise de leurs caractéristiques physiques, de la mention de leur ascendance ou celle de leurs propriétaires. Leurs prouesses et leur souvenir sont remémorés à travers un discours laudatif d’où se dégagent l’émotion et l’affection des chasseurs, révélant un rapport à l’animal qui se définit non seulement par la domination mais aussi par l’attachement, l’admiration et le respect.


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Diego De Brasi (18. Oktober 2023). Les intéractions chiens-chasseurs dans les traités cynégétiques castillans, XIIIe-XVIe siècle. Tier-Mensch Interaktionen in der Vormoderne. Abgerufen am 14. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/w0ca


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search