L’anthropomorphisme dans la description des comportements sexuels des animaux dans les textes zoologiques grecs et latins

Mosaïque romaine de via Cristoforo Colombo, exposée au Museo Nazionale Romano, section du Palazzo Massimo alle Terme, 3ème siècle - Roma. Photo : Miguel Hermoso Cuesta, 2014, CC BY-SA 3.0 https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mosaico_Palazzo_Massimo_17.JPG

Alessandra Scaccuto (Université Côte d’Azur)

Lorsqu’on lit les textes grecs et latins décrivant des comportements sexuels et affectifs des animaux, on est souvent confrontés à un lexique partagé entre humains et animaux. En particulier, les sources antiques montrent une substantielle communauté de désir sexuel parmi tous les vivants, qui est à mettre en lien avec l’omniprésence d’Érôs ou Amor. Dans ce cadre, la contiguïté avec les animaux n’est pas une source de dégradation pour ces divinités ou pour les humains, car elle constitue, au contraire, une exaltation de la puissance universelle du désir.

Ces descriptions des animaux ont été parfois interprétées par les modernes comme analogiques et, par conséquent, on a considéré que, d’après les anciens, c’est « comme si » les animaux ressentaient du désir ou de l’amour, même pour des passages qui ne contiennent pas ce « comme si ». Ce débat se pose déjà dans l’Antiquité, en particulier chez Plutarque (Ier-IIe siècle, par exemple dans le traité l’Intelligence des animaux), à propos des émotions qui existent à la fois chez les humains et chez les animaux. Plutarque atteste des positions divergentes à cet égard déjà dans le monde antique. L’idée d’analogie et non de coïncidence entre humains et autres animaux, qui consiste à considérer que les émotions et les caractéristiques communes sont en réalité des « comme si », est surtout d’origine stoïcienne. Cet argument fait partie du discours stoïcien selon lequel les animaux sont dépourvus de raison et de sens de la justice et sont donc au service de l’être humain, qui ne doit pas pour autant avoir aucun scrupule moral à manger de la viande. Toutefois, la reconstruction de deux tendances philosophiques opposées par rapport aux animaux ne fait qu’appauvrir la restitution du paysage antique à cet égard, en le déséquilibrant excessivement en faveur du débat philosophique et en excluant toute autre forme d’élaboration culturelle portant sur les animaux, y compris les ouvrages spécifiquement consacrés à ces derniers.

Au contraire, les traités zoologiques antiques emploient à plusieurs reprises un lexique commun aux humains et aux animaux, par exemple en décrivant les comportements affectifs de ces derniers à travers la sphère lexicale du mariage. Pourquoi ne pas envisager la possibilité que nous ayons affaire à une terminologie au moins partiellement descriptive, pour parler de traits partagés avec les espèces décrites ? Ces usages, par exemple dans certains passages de La personnalité des animaux d’Élien (IIe-IIIe siècle), pourraient constituer des références à des formes de conjugalités pratiquées par certaines espèces de poissons et d’oiseaux. Les observations anciennes concernant la monogamie des corvidés, par exemple, se reflètent dans les études contemporaines sur ces animaux, car les individus ont tendance à former des couples stables qui peuvent durer pour la vie. Ce lexique, aussi anthropomorphique qu’il soit, peut donc s’accompagner d’observations zoologiques.

Un autre exemple intéressant en ce sens est constitué par le mot συζυγία qui désigne en grec le couple formé par deux animaux unis par le joug mais aussi, plus rarement, un couple marié. Un phénomène équivalent de passage du sens zootechnique, pour ainsi dire, au sens conjugal se retrouve dans le latin iugum « joug », d’où dérive coniunx (« épouse / époux »). Un terme utilisé à l’origine pour les animaux est ainsi transféré à la sphère du mariage humain. Cet exemple peut être utile pour illustrer comment des notions et des termes peuvent glisser d’une sphère sémantique à une autre en révélant des catégories et des représentations qui peuvent paraître inattendues aux yeux de l’interprète actuel. Dans ce cas, cette circulation ne semble pas prendre en compte des barrières nettes entre l’homme et l’animal et, en effet, la projection se fait du monde animal vers le monde humain.

Par conséquent, il paraît que les auteurs anciens de zoologie (à une époque où le modèle de l’animal-machine n’existe pas encore), parfois enclins à « anthropomorphiser » les animaux, aient en quelque sorte gardé les yeux ouverts sur des comportements et des caractéristiques qui peuvent également exister aussi chez les animaux, comme les formes de conjugalité. Dans ce cadre, se contenter de considérer l’utilisation du lexique du mariage à l’égard d’autres animaux comme des projections de la sphère conjugale humaine nous empêcherait de saisir la spécificité des comportements animaux décrits. Même dans le cas de métaphores proprement dites, celles-ci ne sont en effet pas dépourvues de valeur cognitive, à condition d’être prises au sérieux : non pas comme des distorsions qui altèrent l’observation et la rendent inutilisable comme source de connaissance, mais comme des façons de décrire certains traits éthologiques.


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Diego De Brasi (27. Januar 2024). L’anthropomorphisme dans la description des comportements sexuels des animaux dans les textes zoologiques grecs et latins. Tier-Mensch Interaktionen in der Vormoderne. Abgerufen am 14. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/w0ce


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search