Les animaux en contexte conflictuel dans les premières biographies du Prophète Muḥammad

Panneau représentant des cavaliers, sud-ouest de la péninsule Arabique, vraisemblablement d’époque islamique. Prof. Mortel, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons

Nicolas Payen (Sorbonne Université)

Dès les premiers siècles de l’histoire de l’Islam, des savants musulmans ont mis par écrit la biographie du Prophète Muḥammad (m. 632). C’est notamment le cas d’Ibn Isḥāq (m. 767), Maʿmar ibn Rāshid (m. 770), Ibn Saʿd (m. 845), al-Balādhurī (m. 892) et al-Ṭabarī (m. 923). Ces biographies font parfois allusion à des animaux, bien que le terme « animal » (ḥayawān en arabe), trop générique, n’apparaisse pas.

Les animaux figurent dans deux contextes. D’une part, il arrive qu’ils se comportent de manière extraordinaire en tant qu’agents merveilleux de l’histoire du salut : ils témoignent de la sainteté de Muḥammad, annoncent des événements aux humains qui les côtoient, punissent les opposants à Muḥammad et protègent les croyants. D’autre part, les animaux sont mentionnés en relation avec des raids menés par les compagnons de Muḥammad contre des tribus ennemies. Nous soutenons que ces mentions d’animaux en contexte conflictuel participent, à leur manière, à l’écriture d’une histoire du salut.

Les animaux présents dans les récits de conflits sont de deux sortes. D’une part, il y a ceux qui servent à attaquer : les chameaux et les chevaux. D’autre part, il y a ceux qui sont capturés : principalement des chameaux, des caprinés (moutons et chèvres, généralement indifférenciés dans cette littérature) et des humains.

Les conflits mentionnés dans les biographies du Prophète sont souvent relatifs à des troupeaux. Ainsi, certains conflits font suite à des attaques contre des troupeaux en train de paître. Les auteurs n’attribuent pas nécessairement une signification religieuse aux raids décrits. Parfois, le nombre d’animaux capturés dans un raid est mentionné, ce qui crédibilise les événements rapportés.

Lorsqu’on s’intéresse aux animaux mobilisés par les combattants, on constate que le nombre de montures à disposition des compagnons de Muḥammad croit de manière exponentielle entre 622 (date à laquelle Muḥammad arrive à Médine) et 632 (date de son décès). Lors des premières batailles de Muḥammad, les équidés se comptent sur les doigts de la main. À la fin de sa vie, ils sont des dizaines de milliers. Il en va de même pour les animaux capturés, de plus en plus nombreux. Les biographies donnent de Muḥammad l’image d’un pasteur progressivement converti en souverain, capable d’établir un État qui s’appuie sur le contrôle des ressources animalières.

Les mentions d’animaux en contexte conflictuel participent donc de l’écriture d’une histoire du salut, tout autant que les mentions d’animaux qui parlent et qui ont un comportement incontestablement extraordinaire. Simplement, dans le cas des animaux qui parlent, Dieu agit directement par l’intermédiaire d’animaux, alors que dans le cas des animaux qui sont capturés, Dieu délègue son autorité à un pouvoir temporel en voie de construction.


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Diego De Brasi (4. April 2024). Les animaux en contexte conflictuel dans les premières biographies du Prophète Muḥammad. Tier-Mensch Interaktionen in der Vormoderne. Abgerufen am 14. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/w5xt


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search